Commencement Ceremony – Class of 2021 - Université Antonine (UA)

  • Commencement Ceremony – Class of 2021

    06 août 2021

    French below

     

    In the wake of the pandemic, and in order to mitigate the spread of COVID-19, Antonine University (UA) held a socially distant outdoor graduation ceremony, on July 29, 2021, at 7:30 PM, at the football stadium of the main campus in Hadat-Baabda. This convivial and solemn event, aimed at honoring the Class of 2021 that included graduates of all disciplines and campuses, brought together eminent personalities, among whom were Mr. Karim Najjar, a representative of the Raymond and Aida Najjar Foundation, Mr. Georges Aoun, President of the Hadat Municipality, Fr. Michel Jalakh, UA’s Rector, in the company of the Vice-Rectors, Deans, Directors, Faculty members and administrative personnel, besides the graduates’ family and friendship circles members.

     

    The UA’s choir, under the baton of Fr. Toufic Maatouk, first sang the national anthem, after which Ms. Hanane Merhej, master of ceremony, gave her speech and invited the valedictorian Perla El Sabbagh, a Dental Laboratory Technology student at the Faculty of Public Health, to deliver her speech on behalf of the student body. According to Perla, and strangely enough, fascination and perplexity both arise from such monumental moments, which mark the culmination of years of joint efforts made by Antonine Order monks, faculty, administrative staff and parents, whose unwavering support paved the way to students’ academic success. In the face of mounting risks and uncertainties, she urged her colleagues to maintain vigilance, to refrain from sinking into discouragement, and to demonstrate a firm determination to break down barriers that get in their way, even though they were deeply impacted by the daily challenges they encountered during the year. As they prepare to leave behind the university experience, she reminded them that they must be the flag-bearers of UA values which they should be committed to translate into action to help UA radiate throughout the world.

     

    When the Rector took the floor, he began his address by pointing out the happy coincidence that the Commencement ceremony is taking place within the year during which the UA’s 25th anniversary was celebrated. Nevertheless, he found it odd to burry one’s head in the sand and ignore the crisis that has raged for too long and has engulfed the country. Speaking to the graduates, he asked them the following question: "What is a crisis?", the latter becoming a “widely used” term. This philosophical question pertains to the essence of the crisis that should be captured. In this context, the Rector stressed that this crisis goes beyond the limits of problems arising in specific circumstances and requiring ad hoc solutions. On the contrary, he observed that the crisis is indeed a threat that weighs heavily on society, and causes a lack of awareness regarding the scale of damage. In view of this situation, it has become important, according to him, to turn one’s gaze towards the multifaceted role of education, which consists of learning during and from the crisis. This allows the principals and instructors to draw lessons for the future and take into their own hands the responsibility to think together with students about the impact that such learning would have on their daily life and their social integration. The Rector went on to describe people’s tendency to look to their leaders for actions and solutions. He also recalled the famous episode in the gospels, where the apostles panicked as they found themselves caught in a storm, woke Jesus up, the person whom they trust and who is expected to be able to come to their aid and protect them. This gives rise to the following implicit question: How can a leader be recognized?

     

    In response to this question, Fr. Jalakh underlined that "the true leaders are those who manage to do what it takes to allow a return to normality". The leader is thus distinguished by his foresight, coupled with the move to action. It goes without saying that not all leaders fit this profile, especially that they never tire of blaming themselves and lose sight of national interests. With that said, the Rector advised the young graduates to refocus on themselves, develop a sense of solidarity, and have each one of them ask him/herself this Kantian question: "What must I do?”, to which an appropriate answer should be provided. For him, the resilience prompts each person to take care of others and alleviate their hardship and suffering, same as Simon of Cyrene, the man who carried Jesus’ cross. In the midst of the fears that assail them, vulnerable people can still bring out the full potential that lies dormant in them, and thus turn away from sadness and gloom. In addition, the Rector pointed out that the masks always fall off, and “here we are face to face with the truth”. It is obvious that the collapse of everything force people to awaken themselves from dreaming and try to get rid of alienation. And to quote Pope Francis: "We cannot emerge from a crisis the same as before: we either come out better or we come out worse". The Rector finally called upon the graduates, whose mission is to support Lebanon, make this appeal: "Rise, take up your bed, and walk" (John 5: 8), and hear the reassuring words of the Lord: "Take heart, I have overcome the world. (John 16:33).

     

    Following these speeches, merit scholarships and medals of honor were awarded to a number of graduates, among whom was the valedictorian of valedictorians Patrick Dagher, from the Department of Physical Therapy, who demonstrated academic excellence throughout the current year. In addition, the “Raymond Najjar” excellence award was given to the engineering student Lara Kassouf, who received the sum of $15,000 for her meritorious achievements. UA is thankful for the contribution of the donator, which will leave a lasting footprint in the winners’ lives. Moreover, it is well known that UA is an institution whose first priorities are to keep creating a supportive environment for its students to constantly learn, develop their skills and flourish, and to instill courage in their hearts to pursue their dreams, no matter what the circumstances are. To fulfill these objectives, UA was extremely delighted to amaze its students with the competition that was launched by its Vice-Rectorate for Integral Human Development, an initiative that has lifted students’ spirit, especially those who had to endure emotionally distressing events. In reality, full scholarships were granted by the aforementioned Vice-Rectorate to three winners, namely Karen Achkar, Mahmoud Al Fata, and Rita Jabbour, to enable them to pursue their master’s degrees at UA and therefore climb the ladder of success.

     

    After such glorious and touching moments, Ms. Maya Nohra, Director of the Department of Dental Laboratory Technology, and Mr. Tony Reaidy, Administrative Director of the Nabi Ayla-Zahle Campus, took over from the master of ceremony respectively and called the graduates names, an honor that carries with it an immeasurable excitement. They offered closing thoughts when diplomas were handed to all graduates. The graduation ceremony included a musical interlude: "Con te Partiro” (Time to say Goodbye) that was performed by the graduate Charles Eid, an engineering student and a member of UA Choir.

     

    The countdown began, and it all ended with a Mexican wave and streamers throwing: A pure exhilaration!

     

     

    Remise des diplômes – Promo 2021

     

    En raison de la pandémie, et dans le souci d’éviter une éventuelle propagation de la COVID-19, l’Université Antonine (UA) a tenu la cérémonie de remise des diplômes en plein air, le 29 juillet 2021, à 19h30, au stade de football sur le campus principal de Hadat-Baabda, et ce en respectant les règles de distanciation sociale. Cet événement convivial et solennel, organisé en l’honneur des finissants de la promotion 2021, toutes disciplines et tous campus confondus, a rassemblé des personnalités éminentes, dont M. Karim Najjar, représentant de la Fondation Raymond et Aïda Najjar, M. Georges Aoun, président de la Municipalité de Hadat, P. Michel Jalakh, Recteur de l’UA, en présence des vice-recteurs, doyens, directeurs, membres du corps professoral et du personnel administratif, ainsi que ceux du cercle familial et amical des diplômés.

     

    La chorale de l’UA, sous la houlette du P. Toufic Maatouk, a d’abord entonné l’hymne national, avant que le discours d’ouverture ne soit prononcé par Mme Hanane Merhej, maîtresse de cérémonie, qui l’a achevé en cédant la parole à Perla El Sabbagh, major de promotion du Département de technologie de laboratoire dentaire à la Faculté de santé publique. Selon Perla, qui s’est exprimée au nom du corps estudiantin, cet événement d’envergure inspire à la fois fascination et perplexité, et marque l’aboutissement d’années d’efforts conjugués des moines de l’Ordre Antonin, des membres du corps enseignant, du personnel administratif et des parents. Elle y reconnaît que c’est d’ailleurs grâce à leur soutien indéfectible tout au long du cursus que le parcours des jeunes a été couronné de succès. Devant les risques encourus et l’incertitude qui ne cesse de gagner du terrain, Perla a incité ses collègues à ne pas relâcher leur vigilance, à se garder de sombrer dans le découragement, et à faire montre d’une ferme volonté de briser tous les obstacles, sachant qu’ils ont été mis à l’épreuve dans leurs études et confrontés à d’énormes défis tout au long de cette année. Alors qu’ils s’apprêtent au départ, elle leur a rappelé qu’ils se doivent d’être les porte-drapeaux des valeurs de l’UA qu’ils s’engagent à traduire en actes pour que le nom de l’UA puisse rayonner dans le monde entier.

     

    De son côté, le Recteur prenant la parole, a commencé par affirmer qu’en dépit du fait qu’il s’est réjoui de la coïncidence entre cette cérémonie et celle célébrant le 25ème anniversaire de l’UA, il n’en reste pas moins que la possibilité de se voiler la face devant cette crise qui a sévi depuis bien longtemps et sous laquelle le peuple ploie toujours, se trouve écartée. S’adressant aux jeunes, il leur a posé la question suivante : « Qu’est-ce que la crise ? », ce terme étant devenu « largement usité ». Cette interrogation proprement philosophique porte évidemment sur l’essence de la crise qu’il convient d’appréhender. Or, le Recteur a souligné que cette crise déborde la limite des problèmes émanant de circonstances spécifiques et nécessitant des solutions ponctuelles. Elle constitue, à vrai dire, une menace qui pèse lourdement sur la société, et engendre un manque de conscientisation quant à l’étendue des dégâts. Au vu de cette situation, il importe, selon lui, d’orienter le regard vers le rôle polyvalent de l’éducation : il s’agit d’apprendre pendant et à travers la crise, laquelle constitue un levier pour l’apprentissage devant permettre à l’administration et aux enseignants d’en tirer des renseignements pour l’avenir et de s’atteler à la tâche de mener une réflexion conjointement avec les jeunes, en vue de déterminer l’impact qu’un tel apprentissage aurait sur leur vie quotidienne et leur intégration sociale. Le Recteur a poursuivi son discours en décrivant la tendance du peuple à se tourner vers les leaders, notamment vers ceux qu’il considère aptes à changer le cours des évènements et à parer à toute éventualité. Il a également rappelé le célèbre épisode du Nouveau Testament, dans lequel les disciples de Jésus, se retrouvant en pleine tempête, le réveillent par peur de périr, eux qui avaient placé toute leur confiance en lui et qui croyaient en son pouvoir de de leur venir en aide et de les protéger. De là, surgit la question implicite suivante : À quoi reconnait-on un leader ?

     

    En guide de réponse, P. Jalakh a souligné que « les vrais leaders sont ceux qui parviennent à faire ce qu’il faut pour permettre le retour à un état de normalité ». Le leader se distingue ainsi par sa clairvoyance, couplée avec le passage à l’action. Il va sans dire que tous les leaders ne répondent pas à ce profile, surtout qu’ils ne se lassent pas de se lancer des accusations et perdent de vue les intérêts nationaux. Ceci dit, le Recteur a conseillé aux jeunes diplômés de se recentrer sur eux-mêmes, de développer le sens de la solidarité, et que chacun d’eux se pose cette question kantienne : « Que dois-faire ? », et formule la réponse qu’il juge adéquate. Pour lui, la résilience convie tout un chacun à prendre soin des autres et à alléger les difficultés auxquelles ils se heurtent et les souffrances qu’ils endurent, tout comme Simon le Cyrénéen avait aidé Jésus à porter sa croix. Au milieu des épreuves qui les assaillent, les individus en proie à la vulnérabilité, pourront toujours faire jaillir le plein potentiel qui sommeille en eux, et se détourner ainsi de la tristesse et de la morosité. En outre, le Recteur a fait remarquer que les masques finissant toujours par tomber, « nous voilà face à face avec la vérité ». Bien entendu, lorsque tout s’effondre, le peuple bercé d’illusions, se réveille de son sommeil et tente de sortir de cette aliénation. Et de citer le pape François : « Des grandes épreuves de l’humanité, (…), nous ressortirons meilleurs ou pires. Ce n'est pas la même chose ». Il a finalement exhorté les diplômés à secourir le Liban, le pays auquel il leur demande d’adresser cet appel : « Lève-toi, prends ton lit, et marche » (Jean 5:8), et d’entendre cette parole rassurante du Seigneur: « Prenez courage, j’ai vaincu le monde. » (Jean 16:33).

     

    À l’issue de ces prises de parole, des bourses de mérite et des médailles d’honneur ont été octroyées à plusieurs des lauréats, parmi lesquels Patrick Dagher, étudiant en physiothérapie et désigné comme grand lauréat de l’Université, qui s’est démarqué par son excellence tout au long de l’année. En outre, un prix d’excellence de la Fondation Raymond et Aïda Najjar a été attribué, comme chaque année, à une étudiante en ingénierie, en l’occurrence Yara Kassouf, qui a reçu la somme de 15,000 $, en récompense de son travail méritoire. Il est évident que la contribution de notre donateur laissera une empreinte indélébile dans la vie de la récipiendaire. Il est notoire que l’Université Antonine (UA) s’est fixée des priorités institutionnelles qui l’ont conduite à œuvrer sans relâche à la création d’un environnement propice à l’apprentissage des jeunes, au renforcement de leurs compétences et à leur épanouissement dans toute la mesure du possible. Elle leur a aussi insufflé du courage pour qu’ils puissent poursuivre leurs rêves, quelles que soient les circonstances. Pour ce faire, l’UA était extrêmement ravie de les surprendre en lançant par le biais de son Vice-rectorat au développement humain intégral, une compétition, laquelle a pu remonter le moral des jeunes, surtout ceux qui ont éprouvé un sentiment de détresse déclenché par des situations pénibles. En réalité, des bourses entièrement financées étaient décernées par ledit Vice-rectorat à trois gagnants, à savoir Karen Achkar, Mahmoud Al Fata, et Rita Jabbour, dans le but de les soutenir dans la poursuite de leurs masters à l’UA, leur ouvrant par là-même la voie au succès.

     

    Après ces moments glorieux et touchants, Mme Maya Nohra, directrice du Département de technologie de laboratoire dentaire, et M. Tony Reaidi, directeur administratif du campus de Zahlé, ont pris la relève à titre de maîtres de cérémonie, et ont appelé, un à un, les étudiants pour recevoir leurs diplômes, une tâche honorifique qui a suscité un enthousiasme incommensurable. Ils ont également eu la générosité de livrer des réflexions finales une fois les diplômes remis aux étudiants. La cérémonie fut également ponctuée par un interlude musical « Con te Partiro » (Il est temps de dire au revoir), offert par Charles Eid, diplômé en ingénierie et membre de la Chorale de l’UA.

     

    Le compte à rebours fut amorcé, et le tout fut parachevé par la ola mexicaine et le lancer des banderoles : Une pure euphorie !